Accueil

Premier bilan intermédiaire de l'expérimentation

Louis Gallois, président d'ETCLD

Louis Gallois, président du Fonds d’expérimentation, présente le premier bilan intermédiaire de l’expérimentation territoriale visant à résorber le chômage de longue durée.

Quels sont les enseignements majeurs de ce bilan intermédiaire ?

Le principal enseignement, c’est que sur les territoires choisis, il est possible d’extirper totalement la privation d’emploi subie et que cela peut se faire sans accroître la dépense publique par l’activation des dépenses passives et les recettes générées par la mise à l’emploi. Une brèche est ainsi ouverte dans le mur du chômage de longue durée.

Quels sont les points de vigilance pour la suite de l’expérimentation sur les 10 territoires habilités ?

Ce bilan intermédiaire nous permet de préciser les chantiers de progrès : Nous devons accroître la compétence des salariés et la qualité des travaux utiles, cela suppose un effort important de formation. Les chiffres d’affaires générés doivent progresser pour combler l’écart entre le coût complet de l’emploi et les subventions publiques reçues. La croissance des entreprises à but d’emploi (EBE) suscite des questions nouvelles relatives à leur management et à leur organisation. Enfin, l’expérimentation montre des besoins de fonds propres pour le démarrage et les investissements qui n’avaient pas été véritablement anticipés.

En quoi ce bilan intermédiaire motive-t-il une 2e phase expérimentale ?

A ce stade, l’expérimentation est suffisamment concluante pour qu’on puisse la développer avec de nouveaux territoires (40, 50 ?). Et nous avons besoin de cette deuxième phase pour enrichir notre expérience, procéder aux ajustements que la première phase inspire et donner de l’ampleur et de la diversité, donc une crédibilité accrue, à l’expérimentation pour aller plus loin et plus large.